Mon point de vue.

Publié le 8 Mars 2005

Voilà une rubrique que je voulais faire depuis déjà quelques temps.

Signaler mes sentiments vis à vis des modèles que j’ai contactés.

Celles avec qui je suis parvenu a réaliser une séance (ou plusieurs) Avec qui j’ai réussi à partager un moment de fantaisie sans prétention, sans avoir perdu mon temps.

- Celles avec qui, rien n’est jamais facile et qui ne savent pas lire, ni parler (elles mélangent les termes qu’elles utilisent, et ne connaissent pas la signification des mots) Bref celles avec qui vous êtes assurés de perdre votre temps.

J’essayerais de venir régulièrement vous donner mon avis sur ces charmantes Miss. Aussi bien pour les exquises, les incontournables, que pour les inclassables, que pour les évitables.

Et puis  également:

Attirer l’attention sur les pratiques d’usages et accords entre modèles et photographes.

Donner mon avis sur la photographie en général, les photographes.

 

 

des LEURRES à éviter

A vrai dire je n’ai pas vraiment de difficulté avec les modèles.

Je laisse de côté les prétentieuses midinettes qui sont plus pour les couvertures de magazines à sensation ou à la mode que pour collaborer à mon dessein.
Il y en a toujours qui essayent de vous faire croire qu’elles sont intéressantes.

Il y a celles qui confondent “passion” et “rémunération”.

Le mot est lâché, Elles aiment bien ce mot “rémunération” qui en réalité n’est autre que du travail au noir (”black” comme elles aiment articuler). Elles ignorent tout de la législation ‘’Tout le monde fait comme cela‘’ vous diront-elles !

Mais non, pas tout le monde. Il y a ceux, qui sont respectueux des règles et des êtres et puis y’a les autres…

C’est donc bien dans cette seconde catégorie que j’ai classé les modèles suivants:

  • Sylvia: Elle sait mener les conversations par courriel sans répondre à vos questions, la seule chose qui compte c’est “la rémunération” (salaire avec cotisations) Elle ne comprends pas qu’un particulier ne soit pas inscrit à l’URSSAF, alors au noir = no problème. Votre thème quel qu’il soit est très bien (Elle s’en balance: ne propose aucune idée, aucune attitude. C’est un objet, vous en faites ce que vous voulez…) Elle ne souhaite pas communiquer ce qu’elle a déjà fait. Elle ne sait parler que de ‘’shooting'’ n’aime pas les ‘’casting'’. Impossible de se comprendre, elle parle, elle parle, elle ne vous écoute pas… donc ne vous entend pas. Elle m’a inspiré un billet d’humeur sur l’un de mes blogs:

 

  • Jaureline: Avec un nom pareil, j’aurais dû tomber sur la perle rare. Pensez Jean Aurèl qui photographie Jaureline, cela aurait pu être une sacrée collaboration. Et ben non, c’est foutu. La “Jaureline” n’est rien d’autre qu’une Aurélie “surbookée” (ça fait chic!) qui vous laisse croire que oui, elle aime poser, que oui, elle est ok. Mais en réalité, c’est niette. Plus de réponse au moment de concrétiser. Envolée! “Ah Oui, je suis très prise… c’est toujours ok bien sûr.” Que du Vent ! Ce qu’Elle aime c’est se faire prier. Et ça, pas de bol, c’est pas mon truc. Bref une emmerdeuse de plus !

 

  • D’autres sont des phénomènes dans le genre. Souhaitent impérativement un contact téléphonique. Elles vous disent OK pour l’appeler à une heure dite, et là, la Miss est déjà en séance… (trés demandée, très “sur-bookée” (ca fait bien!), …) Quel respect !Le sujet le thème de vos photos = rien à faire. Elle n’ira pas même visiter votre site (pour ma part j’en ai un à leur seule intention, qui explique tout mon projet) ce qui compte c’est la tune; que ça rapporte un max… et non-déclarée (bien évidemment, cette blague…)

Mise à jour de Novembre 2007

  • Méfiez-vous des modèles trop bien

    Carline (*) est de celles là.

    Belle, sympathique, dynamique, semble très intéressée, puis tout se complique une fois que vous êtes mis d’accord avec elle.

    D’abord comme d’autres elle exige un appel téléphonique de votre part, qui ne sert strictement a rien, si ce n’est que d’enrichir les sociétés de téléphonie. Si encore, lors de la conversation, il y avait un échange de dialogue qui puisse soit rassurer, soit préciser certains détails de la séance, mais même pas, car tout avait déjà été dit par échanges courriels. Donc c’est une conversation des plus banales, oui oui tout est ok, pas de problème, et cetera, et cetera… Pour lui prouver ma bonne foi, je lui adresse même une avance sur ses frais de transport, mais là déjà un petit soucis, car elle ne me communique pas son adresse, comme elle me l'avait demandé, mais cela aurait du me mettre en garde. Je suis assez confiant en général car je n’ai que très très rarement des difficultés dans mes relations photographe-Modèle. Après maintes relances, je reçois afin l'adresse pour expédier quelques €uros.

    Ensuite rien ne devient possible, une fois tout confirmé… Plus de nouvelles ! Ni même avant la séance, impossible de la joindre, donc sans aucune nouvelle, que concluez-vous ? Que la belle a annulé tout simplement, sans vous tenir informé. Essais de contacts après la dite séance programmée, pas plus de chance. Donc il faut élever le ton dans un message et dire des choses pas toujours très agréables à lire. Comme par hasard voici un jour une réponse, aussi surprenante dans le contenu, que la forme. Son avocat est averti de ma réaction. (Pourquoi vous rigolez ?) Elle m’indique un numéro de téléphone, je l’appelle, Elle s’excuse, je lui demande de me rembourser, pas de réponse, Elle doit passer dans ma région, Elle me fera signe…
    Ne voyant rien venir, je la rappelle, et me dis que oui oui, c'est parti, puis silence radio, le téléphone ne correspond plus, les messages restent muets...

    Que de complications pour pas grand chose. Alors qu’il suffit d’un simple SMS pour annuler un Rendez-vous et surtout un sens de l’honnêteté pour rendre à Aurèl ce qui appartient à Aurèl. Pas de quoi en faire un plat. Mais j’en déduis que certaines modèles ont un goût prononcé pour se mettre dans des situations merdiques. Évidemment que je ne suis pas content de m’être fait arnaqué, mais c’est surtout la façon, la désinvolture, le manque de respect de l’autre qui me fait le plus mal. Alors que souvent on qualifie les photographes de tous les noms d’arnaqueur (et il y en a sûrement beaucoup justifié) le monde des modèles est loin d’être rose. En règle générale, en plus de vingt-cinq ans de photos, j’ai toujours su éviter les pièges des “emmerdeuses”, des “tournent en rond” , des “fausses semblants”, des “potiches” et des “pétasses qui se prennent pour le nombril du monde”, mais voilà une nouvelle génération insoupçonnée “les gentilles inconscientes”. Ce sont peut-être les plus redoutables, car indécelables, on les croit sincères.

  • A éviter donc, a tout prix .

    (*) page modifiée 13/12/2008.

 

 

Les Exquises

J’aurais tendance à dire que presque l’ensemble des modèles ayant posés pour moi sont des modèles intéressants.

Elles ont des idées, elles ont su participer et apporter quelques originalités aux poses réalisées. Pour moi, elles ont une personnalité et vraiment quelques choses sous la chevelure. De plus sympathique et souriante.

Je voudrais seulement citer celles qui pour moi ont déjà un bon potentiel et une excellente assurance dans leur démarche.

  • Sabrina : Plein de gentillesse et d’attention. Négocie de façon franche, et propose ses idées en harmonie avec mes attentes. Toujours décontractée et a l’aise.
    Les attitudes et poses sur mon thème sont loin d’être simples, Elle trouve toujours de nouvelles idées.
  • Cat : Extraordinaire modèle, en plus d’être belle et sympathique, elle pose avec une facilité à toutes épreuves. Elle sait trouver l’attitude idéale, le regard doux avec un petit sourire. C’est vraiment un régal de rencontrer de telles personnes simples et qui vous comprennent sans dire mots.
     
  • Emmanuelle : J’aime rencontrer des filles aussi spontanées, simples, qui ne se prennent pas pour des starlettes. De plus elle est très gracieuse et enjouée ce qui permet une séance décontractée sous les meilleurs hospices.
  • Leny : Une déconcertante aisance. Habituée a poser, a ne pas bouger, elle peut rester des heures dans la même position. Pas du genre à sourire pour la pose, mais quand elle sourit quelle merveille. Docile et patiente avec toujours une pose en tête a vous soumettre.
  • Kajlia : Une petite jeunette qui promet. Plein de vie, d’idées, d’expressions. Une séance dans la douceur, Elle se laisse guider, et donnant sa petite touche personnelle. J’aurais dû réaliser de meilleurs clichés.
  • Mitsui71 : Voilà le modèle rêvé, mûre, bien dans sa peau, souriante et vraiment à votre disposition, elle ne sait pas quoi faire pour vous satisfaire, et y parvient très bien. Elle prend en considération vos difficultés, vos suggestions et la séance se déroule dans une humeur douce et détendue
     
  • Et les photographes…

     

    Les photographes amateurs de tous poils aiment la photo, c’est une évidence.

    Mais combien d’entre eux ont un véritable projet?
    Ils aiment appuyer sur le déclencheur, ils aiment visualiser de jolis modèles, portrait, extérieur, studio, nu… bref les grands classiques.
    Certes les photos sont belles, mais ou se trouve l’originalité, le petit plus qui fera sourire ou qui surprendra les “visualiseurs” les “regardeurs”, ceux qui verront les images réalisées.

    Car le but c’est DE MONTRER.

    Une photographie est un instant, une émotion, que chacun interprète de façon différente.

    Nous ne voyons pas tous de la même façon, les choses.

     
    L’acquisition des droits à l’image

    Dans le domaine de la photo (comme dans d’autres) rien n’est simple.

    Une photographie prise appartient à deux personnes:

    - Le photographe, qui reste responsable de son usage, de sa diffusion

    Les photographies réalisées sont la propriété pleine et entière de l’auteur. A ce titre il assume la totale et entière responsabilité de leur usage.

    - Le modèle lui reste propriétaire de son image et donc libre d’accepter ou de refuser telle ou telle utilisation.

    Afin que tout cela soit clairement défini, je réalise toujours un projet d’entente préalable qui défini les usages (non commerciaux) des prises de vues réalisées.

    Ce projet de convention est une négociation dans laquelle le photographe peut indemniser le modèle en échange de son accord.

    J’ai réalisé une grille d’évaluation afin de classer le modèle dans l’une des catégories

    Niveau 0 = Bénévole avec don des épreuves.
    Niveau 1 = Débutante, Portrait , Mode - Mouvement
    Niveau 2 = Non débutante (Portrait/Mode), ou Niveau1 + Charme-lingerie
    Niveau 3 = Avec expérience [Portrait/Mode] ou Niv1 + Nu (haut) ou Niv2 [Portrait/Mode/Charme]
    Niveau 4 = Niv3 + Charme ou Niv2 + Nu (haut) ou Niv1 + Nu Total.
    Niveau 5 = Niv3 + Nu(haut) ou Niv2 + Nu Total.

    Ainsi en fonction de son expérience et de son desiderata je peux lui proposer un “dédommagement” en échange de son autorisation.

     

    J’ai précise qu’il ne s’agit pas de rémunération mais d’une participation de défraiement incluant le temps accordé, le déplacement, la cession de tous droits à l’image.

     

     

    Engagements du photographe

    Le photographe est le propriétaire de son œuvre et des droits d’auteur, il n’est, en aucun cas, propriétaire de l’image de la personne photographiée.

    L’article 226 du Code Pénal précise bien qu’il est interdit de fixer, enregistrer ou transmettre, sans le consentement de celle-ci, l’image d’une personne se trouvant dans un lieu privé, ainsi que l’article 9 du Code Civil : chacun a droit au respect de sa vie privée.

    Le photographe doit donc obtenir l’autorisation écrite de son modèle, et ceci pour chaque parution ou diffusion publique, même pour une simple exposition ou une présentation sur ses propres pages Web. Notons que la personne photographiée peut revenir à tout moment sur sa décision.

     

    Le Code du travail précise l’activité de mannequin (Article L.763.1) :

    “Est considérée comme exerçant une activité de mannequin toute personne qui est chargée soit de présenter au public, directement ou indirectement par reproduction de son image, sur tout support visuel ou audiovisuel, un produit, un service ou un message publicitaire, soit de poser comme modèle, avec ou sans utilisation ultérieure de son image, même si cette activité n’est exercée que de manière occasionnelle”.

    “Tout contrat par lequel une personne physique ou morale s’assure moyennant rémunération, le concours d’un mannequin est présumé être un contrat de travail.

    Cette présomption subsiste quels que soient le mode et le montant de la rémunération ainsi que la qualification donnée au contrat par les parties “.

     
    Les modèles et les photographes, les studios, etc., conviennent entre eux des conditions dela prise de vue, tant en ce qui concerne le lieu, la date, le thème, le style, qu’une éventuelle contribution financière du photographe.

    Parfois, photographes et modèles s’entendent sur la fourniture de tirages de qualité en
    échange de la séance de pose.

    Le terme “rémunération”, employé parfois entre modèles et photographes, s’entend dans le respect des dispositions du Code Général des Impôts.

    .

Rédigé par Adelin Aurèl

Publié dans #HUMEUR & INFORMATIONS

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article